• gizakunde

    Dans le village d'Arizkun au Pays Basque Sud, les habitants revêtent fin janvier leurs costumes traditionnels pour célébrer le carnaval de la vallée du Baztan.  Deux fêtes antiques précédaient le carnaval: Gizakunde (le jour de l'homme) et Emakunde (le jour de la femme). Depuis une dizaine d'années, un groupe de jeunes basques et leur association culturelle s'attachent à faire revivre ces traditions séculaires et Gizakunde mélange désormais les deux fêtes dans un défilé de costumes, danses et personnages. Si chaque village peut avoir ses propres danses et musiques folkloriques, les personnages sont hérités de croyances ancestrales qui se retrouvent dans une mythologie commune à l'ensemble des Pyrénées : l'ours et son pasteur, le mauvais personnage, ou encore ceux chargés de chasser les mauvais esprits. Comme les autres manifestations traditionnelles présentes dans les villages du Pays Basque, Gizakunde dépasse le folklorique et démontre l'énergie de la jeunesse basque pour faire vivre sa culture locale.
  • contemplations

    Réalisée lors d'évasions hors de la civilisation et du tourisme de masse, parenthèses hors du temps accumulées au fil des années, cette série proposait initialement une réflexion sur l'attraction des grands espaces et l'état de contemplation qu'ils engendrent. Depuis, les poses du randonneur improbable au milieu d'une nature sauvage se sont multipliées sur Instagram, souvent à quelques mètres d'un sentier touristique, parfois avec une file d'attente de candidats à l'influence et à la visibilité. Dans ces instants bien réels, l'humain s'était véritablement figé, naturellement absorbé par la contemplation, sans qu'aucune pose ne soit nécessaire, sans qu'un smartphone ne dicte où ni pourquoi se placer. Le résultat en image est-il similaire ? Probablement. L'intention, certainement pas.
  • dovre

    Quelques semaines de solitude hivernale, au coeur du parc national du Dovrefjell, pour se perdre dans la soufflerie des tempêtes hivernales et sous les lumières boréales, et croiser la route des reliques de l'âge de glace. Les plateaux du Dovre hébergent une véritable relique des âges glaciaires, les boeufs musqués. Ces grands herbivores ont été contemporains des mammouths, et vivent désormais en Alaska, au Groenland et en Scandinavie. Comme toutes les espèces spécifiquement adaptées au climat Arctique, ils présentent une forte sensibilité au changement climatique. Les hardes du Dovrefjell ont déjà été affectées par des épisodes climatiques exceptionnels et font aussi face à un risque d'infection virale. En hiver, leur comportement fascine par leur capacité à endurer des conditions extrêmement rudes, tenant tête au vent et à la neige dans des températures pouvant dépasser -20°C. Le massif est aussi parcouru par l'un des rares troupeaux de rennes sauvages de Norvège. Beaucoup plus farouches, seul le white-out total d'une forte tempête offre la chance de les croiser.
  • terra incognita

    Imaginé dès l'antiquité puis convoité par des générations d'explorateurs, le continent Antarctique est resté Terra Incognita jusqu'à ce qu'il ne soit accosté pour la première fois en 1820. Depuis, sa calotte glaciaire nous a transmis des archives climatiques sur plus de 800 000 ans, révélant une nouvelle ère climatique marquée par l'activité humaine. Sa faune unique n'a quant à elle pas encore livré tous les secrets de ses extraordinaires capacités d'adaptation et de résistance. À la suite d'une initiative menée par la France et l'Australie, un traité international a réservé en 1959 l'ensemble du continent à la paix et à la science : un exemple unique de collaboration internationale. L'exploitation des ressources, la chasse, la pêche, ou la présence militaire ou nucléaire y sont interdites pendant la période de reconduction du traité, pour l'instant jusqu'en 2048. L'Antarctique représente la dernière utopie sur Terre : à ce jour, c'est à la fois le seul continent entièrement réservé à la paix et à la science par un accord international, et le seul dont les terres n'appartiennent officiellement à aucun pays - mais à toute l'humanité. Tirages numérotés entre 11 et 30 exemplaires, tous formats confondus.
  • aotearoa

    Aotearoa, le pays du long nuage blanc, est le nom maori de la Nouvelle Zélande. Sous l'angle du détail graphique et du contraste, cette série s'intéresse au caractère volcanique de l'île et à l'alternance des mondes minéral et végétal. La nature originelle s'y manifeste de façon spectaculaire sur les sites volcaniques ou dans les forêts primaires, et accroît en même temps son attrait touristique et  ses potentiels impacts. Dans la culture maorie, la terre est un bien commun partagé par tous : cette omniprésence de la «wilderness» interroge sur sa nécessaire protection. Tirages numérotés à 7 exemplaires tous formats confondus.