dima
  • traces

    Faire sa trace... Loin des habituelles gerbes de poudre, ces images simples tentent de montrer que la trace peut s’apprécier sous diverses formes et prendre alors une dimension esthétique. Depuis la courbe gracieuse jusqu’à l’imperceptible rayure, l’essentiel reste dans la poésie de cette ligne éphémère. Sur ces tirages j’explore l’espace de la montagne comme une toile  vierge où la trace s’esquisse, s’imprime quelques poignées d’heures, puis inexorablement s’efface. Le noir et blanc met en perspective l’instantanéité de la trace laissée par l’homme, par rapport au temps long de la nature.